In Blog

Créée il y a plus de dix ans, la société de e-commerce WiziShop continue d’innover en apportant perpétuellement des solutions au marché.

Quelle est l’idée de départ de Wizishop ?
Nous sommes partis d’un constat : créer sa boutique en ligne et vendre ses produits sur internet en 2006-2007, était compliqué. Il fallait passer par des solutions open source qui nécessitaient beaucoup de compétences techniques. Pour les commerçants traditionnels, cela impliquait de passer par une agence et débourser une dizaine de milliers d’euros avec beaucoup de contraintes financières et techniques. Nous avons eu l’idée de créer une solution simple d’accès, sans connaissance technique et avec un minimum de contraintes financières. On a lancé Wizishop en octobre 2008 avec un système économique uniquement à la performance.  C’était une façon de pénétrer le marché et d’acquérir la confiance des commerçants. Avec un crédo : nous avons autant intérêt que vous à ce que votre e-boutique fonctionne puisque nous nous rémunérons sur le chiffre d’affaires que vous réalisez. Avec cette solution, on a levé toutes les contraintes.   

Plus de dix ans après vous en êtes où par rapport à cette ligne de départ ?
On a un peu évolué en affinant notre approche économique mais nous sommes restés sur le même modèle. Aujourd’hui, il y a une base d’abonnement mensuel qui commence à 27€ par mois avec toujours un pourcentage ce qui nous permet de pouvoir accompagner les commerçants dans leur progression. Un commerçant qui démarre n’aura pas les mêmes incidences pour nous qu’une boutique qui fait plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. Je pense ici à l’hébergement par exemple. Dans l’abonnement, il y a l’accompagnement, le support technique, le conseil et l’hébergement des boutiques sur nos serveurs. Quand une boutique a besoin de plus d’hébergement, Wizishop gère ça. 

Wizishop c’est le départ mais depuis vous avez développé d’autres produits ?
Au lancement de Wizishop, la cible était les commerçants qui avaient leurs propres produits, leur propre stock. Cela pouvait être des créateurs, des boutiques. Le e-commerce a évolué et la tendance qui se développe massivement est le dropshipping. N’importe qui peut monter et créer sa boutique en ligne, sans stock. Le stock est géré par le fournisseur directement. Quand une commande est passée sur la boutique du commerçant, notre système l’envoie au fournisseur avec les informations client pour que le fournisseur lui envoie directement le produit. Le commerçant a l’immense avantage d’avoir accès à un catalogue de plusieurs millions de produits, sans avoir de stocks à acheter donc pas de risques financiers. Il gère sa boutique en ligne, ses produits et voit ce qui fonctionne ou non. Dans notre système, nous avons plusieurs fournisseurs européens ou asiatiques, nous automatisons les actions entre le commerçant et le fournisseur. Le commerçant peut apporter son propre fournisseur, notre système importera sans difficulté ses produits. 

Monter la boutique c’est une chose mais il faut aussi communiquer pour la faire tourner ?
C’est le plus gros sujet. Créer sa boutique est simple, Wizishop, Dropizi permettent cela, la difficulté c’est de gérer et comprendre l’environnement dans lequel on est. Le référencement naturel, le suivi client, les outils marketing sont des nouveaux métiers. Nous disposons de 80 vidéos de formation qui abordent tout ces sujets. Quand on est inscrit chez Wizishop on bénéficie de toutes ces formations gratuitement. Cela donne aux commerçants les grandes bases pour se développer et gérer leur boutique efficacement en étant autonome.

Vous avez créé Wizishop à quatre, vous êtes combien aujourd’hui ?
Nous sommes 32. Notre équipe aujourd’hui parle deux à quatre langues, on se sent entourés pour répondre aux marchés anglo-saxons et hispanophones. Nous avons l’envie de nous développer à l’international en déployant notre solution en anglais. Le second sujet est de continuer à développer notre solution pour s’adresser à des cibles de e-commercants identifiés. La marque sur laquelle nous travaillons est Flokizi : du print on demand. On va proposer aux commerçants de personnaliser leurs propres produits. Nous apportons des fournisseurs qui proposent des catalogues de milliers de produits. Le commerçant pourra ensuite le personnaliser comme il le souhaite, créer sa propre marque. Le fournisseur personnalisera pour le commerçant le produit à la commande, et l’enverra directement au client. C’est une forte demande du marché. 

Et l’écosystème local  dans votre aventure ?
Quand Nice Start(s) Up* s’est créé il y a déjà 5 ans, cela nous a ouvert sur le monde autour de nous. L’avantage d’une boîte que tu lances sur internet c’est que tu peux toucher le monde entier, mais on oublie souvent de toucher le pas de porte à côté. Pendant 7 ans, nous avions plus de contacts avec des partenaires parisiens ou internationaux qu’avec l’écosystème local. C’était un manque, on aurait aimé que quelque chose comme NSU existe quand on s’est créés en 2008 tout seul dans notre coin. Avec NSU, il y a un réseau une vraie vie économique notamment dans le numérique. C’est plus simple pour le partage d’expériences, pour le recrutement, on se renvoie des collaborateurs, chose qui n’existait pas avant. Sans compter toute l’animation qui est faite par NSU et la French Tech sur toutes les thématiques de la vie de l’entreprise. Cela a aussi permis de tisser des liens avec des partenaires comme la BPI. Ca facilite la vie des entreprises et des entrepreneurs. 

*L’équipe de Wizishop fait partie des fondateurs du collectif.

Propos recueillis auprès de Cédric Piazza Co-fondateur de Wizishop, Dropizi