In Blog

Devenir son propre producteur d’énergie, c’est la solution de Skavenji. La levée des fonds le moyen pour passer en phase de production. 

Comment t’es venue l’idée de Skavenji ?
Quand je suis arrivé dans la région je travaillais déjà dans l’énergie. Ce qui m’a frappé, c’est de voir tous ces balcons vides malgré l’abondance de soleil, j’ai trouvé dommage de ne pas utiliser tout cet espace disponible. Les années passant, j’ai cherché le moyen de donner à n’importe qui, locataire ou propriétaire, la possibilité de produire de l’électricité sur son balcon. Et ces réflexions m’ont conduit à créer Skavenji. La Skavenji box ce n’est pas juste un projet de production d’énergie cela a évolué en projet émancipateur de low tech pour expliquer aux gens ce qu’était l’énergie.

Par rapport à ton idée de départ tu en es où ?
La Skavenji box est prototypée grâce au crowdfunding et à la boutique en ligne Skavenji. Aujourd’hui on a un peu plus d’une centaine de box à livrer. Nous plaçons tous nos efforts dans l’industrialisation pour livrer nos premières box. Nous avions sous-estimé le temps et les difficultés liées à cette industrialisation, nous avons quelques mois de retard et nous sommes entrain de trouver les fonds pour la production.

Comment l’écosystème peut t’aider dans tes développements ? 
En faisant connaître le projet, en nous faisant des retours sur l’idée, la box et ses enjeux mais aussi les marchés. Jusqu’à présent, nous avons beaucoup fonctionné avec les premiers clients et la communauté de 2000 personnes qui nous suit. J’ai besoin d’aide pour lever ses fonds, nous recherchons 150.000€. Ces fonds nous serviront à boucler la R&D et l’industrialisation, à recruter et sécuriser financièrement le projet pour pouvoir voir plus large et faire décoller l’entreprise. On a la chance dans les Alpes-Maritimes et plus largement dans la région d’avoir un tissu industriel qui sont capables de produire la box. L’idée est de travailler en local pour que la Skavenji Box soit made in 06 ou PACA. Ce qui peut aller assez vite pour commercialiser les premières box. 

Etre à Nice ça t’a aidé, freiné ?
L’écosytème m’a beaucoup aidé. Comme le projet est socialement très innovant, intégré à des signaux faibles identifiés il y a 5 à 10 ans cela nous permet d’être un peu à l’avant-garde sur le marché des low tech et les questions d’appropriation énergétique. Je suis parti seul sur ce projet et cela n’aurait pas été possible sans le réseau, les entrepreneurs de Nice et Sophia. Sans l’écosystème ces avancées n’auraient pas été possibles. Je suis très reconnaissant à l’écosystème pour son soutien. Lancer un projet comme cela c’est excitant, grisant libérateur et en même temps très difficile, le soutien constructif à une valeur immense.  

Propos recueillis auprès de Gaël Desperries, fondateur de Skavenji