In Blog

Qualisteo n’est plus une start-up. Avec les années, l’entreprise est devenue une PME implantée à l’international dont les grands comptes s’allouent les services innovants en matière de mesure de consommation électrique. 

Où en est Qualisteo ? Ce n’est plus une start-up maintenant ?
C’est une PME innovante. C’est plus de 500 projets dans 25 pays uniquement avec des grands comptes que cela soit dans le tertiaire ou l’industrie. On a installé des systèmes de mesures dans des usines chimiques, pharmaceutiques, des gares, des stades, des aéroports… On a développé un système de mesure compatible avec tous les pays du monde. Aujourd’hui, on travaille sur de gros contrats cadres avec de grands groupes qui nous emmènent à l’étranger et permettent d’accélérer fortement le développement sur l’année 2020.

Quel est votre coeur de métier ?
Notre coeur de métier c’est de dire que l’on ne peut réduire que ce que l’on sait mesurer. Donc pour réduire les consommations d’électricité, il faut les mesurer puis comprendre précisément comment elles fonctionnent. Qualisteo mesure les consommations d’électricité avec un système qui nous est propre. Les données recueillies sont ensuite affichées sur des écrans d’analyse puis étudiées. Nous délivrons un diagnostic et une méthode d’économie d’énergie. La grande différenciation de Qualisteo c’est un système de mesure non intrusif installé rapidement à un coût inférieur à un système classique et sans perturber un process. Notre algorithme augmente ensuite la donnée récupérée en identifiant les usages de consommation précisément. Une autre de nos spécificités, qui va un peu à l’encontre du marché, c’est que nous avons choisi de ne pas développer notre propre logiciel d’affichage de données, nous préférons utiliser une technologie Microsoft qui nous offre une rapidité d’exécution à un coût très faible et analyse aussi d’autres types de données comme les consommations de gaz ou d’eau par exemple. Notre équipe d’énergie manager qui est spécialisée dans analyse des consommations met en place des objectifs de réduction des consommations. On identifie des gisements d’économie, on optimise l’existant. C’est une grosse différence avec les bureaux d’études qui vendent des travaux, nous on propose de faire mieux avec ce qui existe.

L’international, des grands comptes, où en êtes-vous de vos développements ?
Qualisteo aujourd’hui est sortie de la phase start-up. Nous avons trouvé notre rentabilité en 2019. En 2020 l’objectif est de continuer sur cette trajectoire, d’accélérer notre chiffre d’affaires, multiplier les projets. En France c’est très particulier car on a un marché de l’électricité nucléaire, sans CO2, le prix de l’électricité est bas, nos gros développements cette année démarrent en Asie et en Amérique du Nord. 

Qualisteo est basée à Nice. Un frein, une aide d’être ici ?
D’être dans l’écosystème local est intéressant pour nous notamment pour les partenaires comme Capgemini par exemple. C’est aussi une façon d’avoir de la visibilité car on est la start-up locale sur les économies d’énergie et d’ailleurs on va accompagner la Ville de Nice sur une réflexion globale sur la consommation des terrasses chauffées. 

Comment on peut vous aider à vous développer ?
On a restructuré l’entreprise en se recentrant sur notre coeur d’activité : le hardware, le traitement des données et l’économie d’énergie. Aujourd’hui nous sommes une quinzaine de personnes. On a mis en place des partenariats de sous-traitance sur la production des systèmes de mesure et des développements spécifiques. Qualisteo c’est 15 salariés et 50 personnes qui travaillent sur le projet. Nous aimerions avoir plus de références locales. C’est aussi une riche source d’informations sur tout l’écosystème innovation locale. C’est pour nous une vraie chance. 

Propos recueillis auprès d’Elodie Bondi, Directrice générale de Qualisteo