In Blog
capture-decran-min

Créée par Alexandra Brehier, découvrez TalentCoin, la plateforme intelligente qui répond aux critères d’innovation et offre aux entreprises d’échanger du temps de talent pour répondre à leurs besoins qualifiés.

 

Comment décririez-vous votre entreprise en quelques mots ?

TalentCoin est une startup fondée en mai 2018 par 6 associés qui ont des compétences complémentaires et polyvalentes. TalentCoin a été créée dans le souci de réunir les projets d’entreprise (ponctuels ou en pics d’activité) et leurs facteurs clés (c’est-à-dire les compétences) sur une même plateforme. C’est aussi permettre aux entreprises, quelles que soient leurs tailles, d’accéder au bon profil en fonction de leurs besoins pour exécuter des projets avec une vision claire. C’est une opportunité pour les talents salariés de l’entreprise d’accepter des missions qui les font grandir, valorisent d’autres de leurs compétences sans avoir à changer d’employeur.

Les talents sont souvent là où on ne les attend pas, on connaît souvent mal nos salariés. 

Les entreprises qui décident de nous rejoindre et de rentrer dans notre vision communautaire sont celles qui souhaitent se réapproprier leur effectif et fidéliser leurs collaborateurs en leur créant l’opportunité de travailler sur d’autres de leurs compétences ou autrement. 

 

Pour vous que signifie être un startupper ?

Pour moi, c’est avoir de l’audace et être résilient. C’est surtout tenter quelque chose, de dérouler sa vision intellectuelle, de la vivre au quotidien, pour la concrétiser. C’est par la détermination d’impacter, de réaliser, de contribuer, que l’on fédère et crée de l’innovation utile.

 

Quelle partie de votre travail préférez-vous ?

L’incertitude ! Chaque jour, on prévoit quelque chose et on finit par dérouler d’autres actions, différentes. Cela rend créatif, et en l’étant, tu embarques ton équipe et favorises sa créativité. Dans mon équipe comme avec mes associés, j’ai de la chance ! Je suis entourée de gens qui sont forces de propositions. Ce que j’aime, c’est cette émulation, nos clients et ceux qui décident de nous choisir, il y a aussi de ça. On ne sait pas si on va les rencontrer aujourd’hui ou demain, quand surviendra leur besoin spécifique, leur volonté de gérer leurs changements ou l’évolution de leurs effectifs. S’ils voudront regarder autrement leurs besoins pour y répondre… C’est l’incertitude et l’occasion de faire autrement. 

 

Votre métier en chiffre ?

3 milliards de potentiel de marché, 120 000 € (chiffres d’affaires x 4 par rapport à l’an dernier), 3 gagnants (la communauté, les talents et les entreprises), 100 talents (sur la plateforme), 50 entreprises. 

 

Le mot que vous utilisez le plus ?

Mutualisation, impact.

 

Quattendez-vous de lavenir ?

Qu’il me surprenne, qu’il favorise notre déploiement à l’international. On cherche à créer des ponts entre écosystèmes et à rendre accessibles les talents où qu’ils se trouvent. À moyen terme, on va lever des fonds pour financer ce déploiement technique et commercial à l’international. Les mentalités s’ouvrent, il y a de plus en plus de porteurs, d’ambassadeurs de cette idée positive de dire qu’il faut mutualiser les talents pour conserver leur engagement et leur capacité à impacter positivement leurs écosystèmes.

 

Quel est votre prochain challenge ?

La levée de fonds, pour parler simplement de ce qui nous anime et motiver des investisseurs qui ne veulent pas juste mettre de l’argent, mais aussi un peu d’eux-mêmes, de leurs compétences, parce qu’ils croient en nos valeurs et partage l’ambition à 5 ans. 

 

Par Aurore Schwartz