In Blog

Créée en 2014, AMedSu (acronyme de Applications for Medical and Surgical Use), déploie sa solution santé au service des professionnels du secteur dans le monde entier avec en ligne de mire les marchés nord-américain, le Royaume uni, le Brésil et la Corée du sud.

Vous en êtes où par rapport à votre idée de départ, il y a 5 ans ?
Nous sommes restés sur la même ligne directrice. Nous avons senti que notre produit répondait à un besoin. Nous étions les seuls sur un marché de niche, sans concurrents. Ce qui n’est pas toujours simple pour se positionner, valider son offre. Entre notre vision et sa réalisation, nous avons connu des échecs qui nous ont permis d’affiner notre stratégie. En cinq ans, nous sommes passés d’amateurs-experts à professionnels-experts. Au départ, aucun d’entre-nous n’avait une formation d’école de commerce. A l’origine, il y avait un médecin, un juriste, un designer et un développeur. Deux sont partis parmi les co-fondateurs depuis. En plus nous n’avions pas de latitude pour investir, nous avons dû mutualiser notre savoir et apprendre le business au fur et à mesure. Aujourd’hui AMedSu est structurée pour avancer. Nous avons adapté notre solution à la réalité des besoins du marché. D’une solution applicative, nous sommes devenus une interface complète adaptée aux acteurs de chacun des pays où nous sommes implantés et ce en fonction des continents, des législations. Nous nous sommes aussi ouverts à d’autres pans de la médecine, au départ nous visions la chirurgie esthétique uniquement (l’un des fondateurs est chirurgien-esthétique NDLR).
Nous cherchons à développer notre portefeuille applicatif sur de nouvelles solutions. Garder notre avance de pionnier du secteur car aujourd’hui des concurrents sont arrivés. Cela nous a forcé à innover. Le fait d’avoir un médecin dans l’équipe qui teste en permanence nos produits en situation réelle est un vrai plus pour l’optimisation des process à la fois en terme de services et d’ergonomie.

Comment avance votre développement à l’international ?
Nous avons sécurisé nos zones stratégiques : USA et Canada, Scandinavie, Brésil et Corée du sud. On avance bien au Royaume-uni où nous disposons d’un distributeur exclusif performant. Aux Etats-Unis nous visons le développement en marque blanche. Nous avons pu percer sur le marché de la Scandinavie grâce à deux missions internationales avec International Business Force et la CCI Internationale. Idem pour le marché brésilien et coréen pour lesquels nous sommes en discussion là aussi via la CCI Internationale. Nous nous implantons sur plusieurs marchés locaux pour récupérer des petites parts de marché ici et là.

Vous avez besoin de quoi aujourd’hui ?
D’investissements pour financer nos nouveaux projets et de partenaires stratégiques avec lesquels nous avançons actuellement. Des prescripteurs, des intermédiaires qui valorisent notre solution.

Comment l’écosystème a contribué à votre développement ?
En 5 ans nous avons vu une réelle évolution. Entre le moment où on était seuls et maintenant cela sert ta crédibilité. Quand tu es labellisé French Tech, que tu es au CEEI, recommandé par Business France cela porte ton produit. Comme nous avons toujours visé l’international, nous ne pensions pas que nous aurions autant de soutiens en local, on a trouvé énormément d’aide en bas de notre porte. Subventions, conseils, aides, accompagnement, mise en réseau CCI International, CEEI, NSU, Région, tout le monde nous aide. Nous avons participé à deux CES consécutifs à Las Vegas, c’est un vrai plus.

Propose recueillis auprès de Othman Ihrai directeur général d’AMedSu http://irejuvenation.com